HAUT

The small heritage

Texte d'introduction à saisir.

Le Petit Patrimoine est représenté par l'ensemble des monuments (par exemple les tours, cadrans solaires, gargouilles, fours à pain , moulins, cabanes, fontaines, lavoirs, puits, chapelles etc.) qui ne sont pas classés comme Monuments Historiques.

MARZYlocaliser1

egliseStAndre

Eglise Saint-André (XII° – XVI° siècles) :

Cette église n'a pas de transept, ce qui lui confère une certaine originalité. Deux chapelles bâties au XVI° siècle s'ouvrent sur la nef, d'où le plan cruciforme de cet édifice, qui s'achève par une abside en hémicycle.

Une petite statue de Saint André (patron des Bourguignons) orne le tympan.

L'horloge sur le clocher a été placée en 1872.

Le lavoir :

Ce lavoir date de 1847. Abandonné peu à peu à dans la seconde moitié du XX° siècle, il a dû être restauré. Une pietà de la fin du XV° siècle, encastré dans le mur d'une maison toute proche semble veiller sur lui.

FOURCHAMBAULTlocaliser2

egliseStLouis

Eglise Saint-Louis : 19ème siècle   (Rue Gambetta)

La construction de cette église répond au vœu de l'industriel Louis Boigues qui souhaitait qu'un lieu de culte soit établi à proximité de ses usines. (Métallurgie, forges, fonderie).

Eglise Saint Gabriel : 19ème siècle (Rue du 4 septembre)

Cette 2ème église fut construite car la capacité d'accueil de l'Eglise Saint-Louis n'était pas suffisante. Ce sont encore les héritiers de la famille Boigues qui font don d'un terrain pour sa construction.

Cheminée : 19ème siècle (Quai de la Loire)

Cette cheminée est un témoignage de l'activité industrielle de Fourchambault (métallurgie). Jusqu'au début du 20ème on notait encore la présence de dizaines de cheminées.

Le pont : 20ème

Construit après 1945 car le pont initial qui avait été détruit pendant la guerre, avait été construit en 1836, reconstruit en partie et modifié à la suite de dégâts occasionnés par la crue. Il fut vendu au 19ème siècle aux deux départements qu'il relie, le Cher et la Nièvre.

SERMOISE SUR LOIRElocaliser3

egliseSermoise

L'église XI-XII-XIX siècle rue de l'église

Cette église est dédiée à Saint-Maurice. Elle est également remarquable par ses fonts baptismaux et sa cloche, qui date de 1537, classés monument historique.

Le port de Plagny XIX siècle rue du port

La création du canal latéral à la Loire, qui durera plus de 16 ans,  a été à l'origine du développement de Plagny qui, de moins de cinquante habitants au début du XIX siècle, est passé à plus de deux cents à la fin du même siècle.

La borne des « 100 kms »

Le long du canal, entre l'écluse de Verville et le Crot de Savigny, se trouve une borne en pierre qui marque le « kilomètre 100 » de ce canal entre Digoin et Briare. Elle indique qu'en fait, Sermoise est située à 96 km de Digoin et 97 de Briare.

APREMONT-SUR-ALLIERlocaliser4

Ecluse ronde des Lorrains :

Construite entre 1835 et 1841, l'écluse ronde des Lorrains permettait aux bâteaux descendant l'Allier de rejoindre le réseau de canaux du centre de la France. Abandonnée pour la navigation, elle sert aujourd'hui de prise d'eau dans l'Allier pour alimenter le canal Latéral à la Loire depuis le Guétin jusqu'à Briare.

Lavoir (à l'entrée du village) :

Situé le long de l'Allier, ce lavoir est particulièrement original, avec sa belle architecture de toits à deux niveaux inspirés des pagodes chinoises et motifs chinois du XIXème siècle.

lampadaire

Lampadaires :

Forgés au Creusot, cité industrielle bourguignonne, ces lampadaires sont uniques en France. Leur soubassement circulaire en pierres sèches est surmonté d'un poteau en bois et d'un ornement en fer forgé.

Repère de crues :

En hiver, l'Allier sort de son lit et inonde le bas du village. En témoigne cette échelle des crues du XIXe siècle, sur la pierre de la Maison des mariniers. La plus haute crue remonte à 1866 et la dernière, qui a atteint 3m78, date de décembre 2003.

Eglise Notre-Dame de l'Assomption :

Monument du 19ème siècle bâti sur les vestiges de l'ancienne église romane, détruite vers 1735, la cloche et le bénitier en marbre rouge de Séville ont été réinstallés dans le nouveau lieu de culte du village.

SAINT JEAN AUX AMOGNESlocaliser5

egliseStJean

L'église Saint Jean Baptiste XII-XVI siècle vers 1840

La première chapelle est construite au XVIe  siècle et une seconde au XIXe  siècle. La commune doit cette dernière chapelle à Mme. Flamen D'Assigny qui y est enterrée.

MONTIGNY AUX AMOGNESlocaliser6

egliseStLouisMontigny

L'église Saint-Louis XII siècle le bourg

L'église romane de plan rectangulaire se termine par une abside en cul de four dont les parois sont garnies d'arcatures sur colonnettes à chapiteau sculpté. Le clocher central est surmonté d'une flèche  recouverte d'ardoise.

Le lavoir XIX siècle  le bourg

La proximité des lavoirs permettait de limiter le trajet des lavandières qui portaient le linge dans les brouettes. Exclusivement réservé aux femmes, le lavoir constituait un lieu de convivialité.

SAINT SULPICElocaliser7

egliseStSulpice

Eglise Saint Sulpice 12ème- 19ème siècle

L'église paroissiale, anciennement appelée Saint Sulpice le Châtel fut construite à la fin du 12ème siècle et reconstruite au 19ème. L'église abrite le tombeau du général Sorbier, premier inspecteur général de l'artillerie, comte d'Empire et maire de Saint-Sulpice. A l'intérieur, on peut voir un bénitier en bronze datant du 16ème siècle.

Lavoir 19ème – 20ème siècle

Ce lavoir couvert et rectangulaire est entouré de murs. Sa position en bas du bourg, à l'écart des habitations permettait de bien séparer l'eau polluée des lessives, de l'eau potable de la ville.

FERTREVElocaliser8

egliseStSymphorien

Eglise Saint-Symphorien 19ème siècle

L'ancienne église primitive du 12ème siècle très endommagée à été détruite au 19ème siècle. Elle a été remplacée par cet édifice néo-roman.

DIENNES-AUBIGNYlocaliser9

egliseStPierreStPaul

Eglise Saint-Pierre et Saint-Paul (XII° – fin du XV° siècle) :

L'église possède un chœur rectangulaire voûté en berceau, avec un arc-doubleau reposant sur des colonnes engagées.

Le clocher carré roman est percé sur chaque face de deux baies cintrées garnies de tores retombant sur des colonnettes à chapiteau sculpté. A l'intérieur se trouvent deux cloches datant de 1534 et de 1637.

ANLEZYlocaliser10

egliseNazaireCelse

Eglise Saint-Nazaire et Saint-Celse (XII° – XIII° – XVI° siècle) :

Cette église de plan rectangulaire comporte au nord, une chapelle terminée par une abside en cul de four à quatre pans, seul vestige de l'édifice primitif.

Le portail s'ouvre sous un arc ogival dont les moulures rondes retombent sur des colonnettes à chapiteau sculpté.

TROIS VEVRES :localiser11

egliseStGermain

Eglise Saint Germain :

Bâtie au 19ème siècle, elle est de style néo roman en forme de croix latine.

Le couvent (à gauche de l'église) :

Construit au 19ème siècle, il devint une école privée gérée par les Sœurs jusqu'en 1920. Il devînt alors salle paroissiale, avant d'être détruit dans sa plus grande partie par un incendie en août 1964

BEAUMONT SARDOLLESlocaliser12

calvaire

Calvaire :

Sculpté par Pierre Marget en 1959, ce calvaire nécessita 9 mois de travaux. Il est édifié en remerciement à la Vierge Marie qui protège les appelés de Beaumont Sardolles en Algérie.

Enclos du Rosaire :

L'enclos est l'œuvre de la paroisse d'un curé de la paroisse (l'Abbé Henri Bonnard). Il comprend une grotte commémorant les apparitions de la Vierge à Lourdes, une statue du Sacré Cœur, un chemin de rosaire et la croix. La grotte et le Calvaire ont été édifiés avec du mâchefer récupéré au niveau d'anciens fourneaux voisins datant de l'époque où l'activité sidérurgique battait son plein en de nombreux points des Amognes. Chaque année, les cérémonies religieuses et les pèlerinages y sont toujours très suivis.

LIMONlocaliser13

egliseNotreDame

Eglise Notre Dame : 15ème

Le  clocher central carré est percé sur chaque face, de deux baies gothiques.

Lavoir : 19ème

Ce lavoir est à la fois à ciel ouvert et recouvert d'une toiture, il est alimenté en eau par une source captée à proximité, il ne possède pas de margelle, les lavandières devaient donc apporter leur planche à laver en bois pour battre le linge.

LA FERMETElocaliser14

egliseStVincent

Le Château : XVII ème – XIXème

Le château visible de nos jours fut construit et aménagé entre le XVIIe et le XIXe siècle
Il ne reste de la construction originelle, qu'une tour d'angle et quelques substructions du XIIIe siècle. Le château fut la propriété de Marie-Casimire de La Grange d'Arquien, qui devînt Reine de Pologne. Depuis 1771, il appartient à  la famille Du Bourg de Bozas. Les écuries sont une copie de celles du Château de Versailles.

Eglise Saint-Vincent : XVIIème – XIXème

Construite en forme de croix latine, elle est située dans un enclos paroissial dont fait encore partie le cimetière. Son porche est en avancée et son clocher est latéral

SAINT BENIN D'AZY localiser15

fontainerStBenin

Eglise Saint Benigne :

Bâtie au 19ème siècle, elle est d'architecture néo-classique. Un clocher carré, au chevet de l'abside, domine la construction.

Fontaine (Place Paul Doumer)

Construite au 19ème siècle, se compose d'un bassin circulaire à vasque centrale.

VARENNES VAUZELLESlocaliser16

vueAerienne

La cité-jardin de « La Bonne Dame de l'Orme »

Les prémices du projet de construction d'une cité ouvrière sur Vauzelles remontent à 1919, sous l'impulsion du Colonel Rimailho, l'un des dirigeants de la Compagnie Générale de Construction et d'Entretien du Matériel de Chemin de Fer (C.G.C.E.M), à laquelle venait d'être confiée l'exploitation des ateliers de réparation des locomotives de Paris installés à Vauzelles depuis 1911.

Prévue dès le départ pour être dotée de tous les services administratifs et sociaux, dans le souci du confort et du bien-être de ses habitants ; mairie, Postes, écoles, église, commerces mais aussi terrains de sports, espaces verts, larges rues et trottoirs arborés, etc. ; elle a été imaginée selon le principe de la cité-jardin, dont elle est, de part sa superficie et ses équipements collectifs, une application d'une rare ampleur en France.

Cas unique par sa forme mais surtout par sa pensée, la cité-jardin de « la bonne dame de l'orme » a vu le jour grâce à l'architecte Georges Hennequin qui œuvra à sa conception en y intégrant les idées du Colonel Rimailho. Ce ne sont pas moins de 350 maisons (pour 587 logements) qui seront construites en 8 phases de 1920 à 1931. Couplées à ses équipements collectifs nombreux  pour l'époque, elle offrait à ses habitants  à la fois, collègues, voisins et amis, une vie de quartier presque villageoise, en constituant un ensemble autonome…entouré de champs.

Véritable levier de l'expansion de la ville, sans laquelle Varennes-Vauzelles serait certainement resté Varennes-les-Nevers, la cité-jardin  a su traverser le temps en conservant ses caractéristiques et son architecture si particulières et constitue un élément important mais encore méconnu de l'urbanisme français qui ne demande qu'à se laisser découvrir.

1 • Marzy
2 • Fourchambault
3 • Sermoise sur Loire
4 • Apremont-sur-Allier
5 • Saint Jean aux Amognes
6 • Montigny aux Amognes
7 • Saint Sulpice
8 • Fertreve
9 • Diennes-Aubigny
10 • Anlezy
11 • Trois Vevres
12 • Beaumont Sardolles
13 • Limon
14 • La Fermeté
15 • Saint Benin d'Azy
16 • Varennes Vauzelles